logo ONU

Communication conjointe envoyée au Gouvernement camerounais concernant les défenseurs des droits humains Samuel Ajiekah Abuwe et Njoka Kingsley Fomonyuy

Une réponse du gouvernement a été reçue

Le 7 juillet 2020, avec d'autres titulaires de mandats des procédures spéciales, j'ai envoyé une communication au Gouvernement camerounais concernant des allégations de disparition forcée, torture et décès en détention de Samuel Ajiekah Abuwe, ainsi que la détention arbitraire et la disparition forcée de Njoka Kingsley Fomonyuy. Cette communication peut désormais être rendue publique

Selon les informations reçues:

Le cas de M. Samuel Ajiekah, alias Samuel Wazizi

M. Wazizi était défenseur des droits humains, membre de la minorité anglophone et animateur de télévision locale privée à Buea, au sud-ouest du Cameroun.

M. Wazizi aurait été arrêté le 2 août 2019, accusé de liens avec des terroristes et de complicité d'actes terroristes – accusations réfutées par le défenseur. Le 7 août 2019, il aurait été transféré au 21éme bataillon d'infanterie motorisée à Buea. Depuis cette date, son sort est resté inconnu.

Au début juin 2020, les médias ont allégué que M. Wazizi était peut-être décédé dans une hôpital militaire suite à des actes de torture auxquels il aurait été soumis par les militaires pendant sa détention.

Le 5 juin 2020, le Ministère de Défense aurait publié un communiqué de Presse-Radio énonçant que M Wazizi avait décédé le 17 août 2019 à l’hôpital Militaire de la région N.1 (HMR1), suite à des « Sepsis sévère ». La famille du défenseur n'aurait pas été informée de son décès.

Le cas de M. Njoka Kingsley Fomonyuy

M. Njoka Kingsley Fomonyuy est journaliste indépendant et défenseur des droits humains, membre de la minorité anglophone, résidant de la région Littoral.

Le 15 mai 2020, vers 6 heures du matin, environ quatre personnes armées non-identifiées en tenues civils seraient entrées de force dans la maison du défenseur. Ces personnes se seraient présentées comme étant de la Sûreté Natonale, mais n'ont pas présenté leurs cartes d'identité. Elles auraient fouillé la maison, demandé la pièce d'identité de M. Fomonyuy, saisi un ordinateur portable et forcé le défenseur à monter dans une camionnette blanche portant les lettres SN. Dès lors, le sort du M. Fomonyuy et le lieu où il se trouve demeurent inconnus.

La communication est disponible ici:https://spcommreports.ohchr.org/TMResultsBase/DownLoadPublicCommunicationFile?gId=25416

Une réponse du gouvernement a été reçue le 7 septembre 2020.

Dans leur réponse, le gouvernement a confirmé que M. Fomonyuy est en détention provisoire à la Prison Centrale de Kondengui à Yaoundé, « soupçonné d'être le coordonnateur de l'action de plusieurs groupes WhatsApp pro sécessionnistes ». Une enquête judiciaire a été ouverte contre lui pour des faits de sécession et complicité de bande armée.

Le gouvernement a confirmé aussi qu'une enquête conjointe de la Gendarmerie nationale, de la Police et de l'Administration territoriale a été ouverte sur les circonstances de l'arrestation et du décès du M. Ajiekah.

La réponse est disponible ici: https://spcommreports.ohchr.org/TMResultsBase/DownLoadFile?gId=35553

Pays URL: 
Monde
Pays: 

For Protecting Defenders, your experience on our site is a priority. That's why we use cookies for our legitimate interest in improving your user experience. By continuing your navigation, you accept the deposit of cookies, by Protecting Defenders.

Informations