logo ONU

Ales Bialiatski

Pas de contenu disponible pour le moment.

Ales Bialiatski

Ales Bialiatski est vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et directeur du Centre de défense des droits de l’Homme de Viasna au Belarus. Cette organisation vient en aide aux victimes de répression politique et milite pour faire connaître dans le monde les violations des droits de l’Homme au Belarus.

En 2003, comme beaucoup d’autres associations, le Centre de Viasna est fermé par le ministère de la Justice et entre ainsi dans l’illégalité forcée.

Ainsi privé de son enregistrement officiel, le Centre des droits de l’Homme ne peut plus recevoir de fonds étrangers sur un compte bélarusse. Aussi, pour assurer le financement des activités du Centre, Ales Bialiatski décide d’ouvrir des comptes à l’étranger à son nom, tout en exerçant un contrôle strict sur les sommes versées.

 

Alès Bialiatski © Ales Bialiatski

Son arrestation

Les autorités bélarusses présentent ces fonds comme étant des revenus personnels, soumis à la déclaration et à l’imposition, or en l’absence de toute déclaration, Ales Bialiatski est arrêté, le 4 aout 2011, sous le motif d’ « évasion fiscale à grande échelle ».

Il est condamné à une peine de quatre ans et demi de détention en colonie pénitentiaire à régime sévère et à la confiscation de ses biens,  y compris les locaux du Centre de Viasna.

Son procès a donné lieu à de nombreuses condamnations de la part de la communauté internationale. En effet, les autorités bélarusses ont refusé le visa de nombreux observateurs des droits de l’Homme voulant participer au procès. De plus, des courriers électroniques à caractère personnel et professionnel obtenus de manière illégale ont été utilisés pendant le procès, tout comme de nombreuses pièces qui ont été présentées sans justification de leur authenticité. Enfin, de nombreux témoins ont été interrogés sur leur participation au Centre des droits de l’Homme, alors que cela n’avait pas de lien avec le chef d’inculpation d’évasion fiscale.

Après près de trois années passées en détention, Ales Bialiatski a bénéficié d’une amnistie le 21 juin 2014.

L’arrestation d’Ales Bialiatski est intervenue à un moment de fortes tensions. En effet, la réélection du président Loukachenko en décembre 2010 avait été fortement contestée, ce qui avait conduit à une répression sans précédent contre l’opposition politique et la société civile.

Dans un tel contexte, et alors qu’ils s’investissent pour apporter une aide légale et matérielle aux victimes politiques, les défenseurs des droits de l’Homme deviennent les cibles principales des appareils judiciaires et fiscaux.

Il a reçu le Prix Vaclav Havel des droits de l'Homme en 2013.

 

Déclarations et communications

Plusieurs Rapporteurs Spéciaux, dont Margaret Sekkagya, Rapporteuse Spéciale sur la situation des défenseurs des droits de l’Homme à cette époque, ont envoyé une communication à l’Etat de Biélorussie relative à la situation rencontrée par Ales Bialiatski dans ses activités de défenseurs (en anglais). 

En 2014, un communiqué a été publié par le Rapporteur Spécial sur la situation des droits de l’Homme en Biélorussie sur la libération d’Ales Bialiatski. Dans ce communiqué, le Rapporteur Spécial se réjouit de cette libération mais rappelle que de nombreux défenseurs des droits de l’Homme et opposants politiques sont encore en prison en Biélorussie (en anglais).

 

Pays URL: 
Belarus
Tags: 
défenseurs agissant contre la corruption et l'impunité

Pour Protecting Defenders, votre expérience sur notre site est une priorité. C’est pourquoi nous utilisons des cookies au titre de notre intérêt légitime à améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies, par Protecting Defenders.

Informations